Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Trois pistolets automatiques, des munitions, un couteau baïonnette, plus d’une dizaine d’engins à deux roues, des cartes SIM neuves, sont entre autres les objets qui composent le butin saisi par les éléments du Commissariat de Police de l’Arrondissement de Boulmiougou des mains de malfrats à Ouagadougou.

Ils sont sept individus, tous des repris de justice, appartenant à deux réseaux distincts, qui s’étaient spécialisés dans les agressions et vols à main armée dans plusieurs quartiers de la ville de Ouagadougou, notamment Gounghin, Samandin, Pissy, Bonheur-ville, Belle-ville, Boonam, Sandogo, Boassa, Zagtouli, Rimkièta, Tampouy et même à Yako dans la province du Passoré. En plus des personnes qu’ils ciblaient, ils prenaient d’assaut également les boutiques Orange-money et les points de vente de marchandises diverses. 

Suivant un mode opératoire classique, ces présumés malfrats, bien organisés, procédaient d’abord au repérage des lieux et, une fois la nuit tombée, entre 19heures et 22heures, passaient à l’acte. Pour ce qui est des agressions, ils prenaient en filature leurs victimes, particulièrement celles qui roulaient sur des motos de marque YAMAHA SCOOTER, et à l’aide de leurs armes, ils les tenaient en respect et disparaissaient avec les engins récupérés.

Les motos volées étaient vendues à un prix dérisoire variant entre 150.000 et 400.000 FCFA selon la marque à un receleur sur place qui, à son tour, les transportait immédiatement dans un pays voisin pour y être revendu. 

La police nationale remercie encore une fois la population pour la franche collaboration qui a permis d’atteindre ce résultat. Elle l’invite par ailleurs à plus de vigilance et de prudence, et à toujours signaler les cas suspects à travers les numéros verts que sont : les 17, 16 et 1010. 

La Police Nationale, une force publique aux services des citoyens !