Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

CULTURE

Le 21 juin prochain, la musique sera célébrée dans toute sa pluralité à travers le monde. Au Burkina Faso et pour la 12è année consécutive, Exit Management entend offrir au public Ouagalais, un spectacle exceptionnel à la Place de la nation à travers son festival «Fête de la musique».


Durant 72 heures, le festival «Fête de la musique» va s’articuler autour de concerts live, formations et rencontres professionnelles entre acteurs de la filière musique. Les artistes programmés cette année sont : Hamed Smani, Sofiano, la troupe Wend Manegre, la troupe Duni ya Sugri, Smockey, Jezy, Maï Lingani, Issouf Compaoré, Natou, Miss Maya, Salif Widga, Campus Ambiance et Dez Altino. Malgré les difficultés financières, les organisateurs disent vouloir tout mettre en œuvre pour réussir la fête. Cette année, c’est le duo musical ivoirien Yodé et Siro qui est l’invité d’honneur à ce festival.

«Le défi pour nous, organisateurs de la fête de la musique, est d’offrir toujours le meilleur dans la mesure du possible. Quand nous parlons de possibilité, nous voulons notamment parler de moyens financiers. Organiser un tel évènement nécessite impérativement des moyens et non des moindres car de nos jours, nous sommes limités en matière de finances mais nous tenons à respecter ce rendez-vous capitale qui demeure au-delà de tout un challenge important», a confié Alexis Allognon à la conférence de presse de ce mardi 13 juin 2017 à Ouagadougou.