Aujourd'hui,
URGENT
Egypte: l'Onu demande une enquête indépendante sur la mort de l'ancien président Mohamed Morsi
Gabon: colère des femmes gabonaises après la suppression du ministère dédié à l’Égalité
Burkina: le CICR renforce les capacités des journalistes sur la couverture «responsable» des conflits armés
Procès Putsch: le parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. 
Procès Putsch: le parquet militaire demande la destitution des généraux Diendere et Bassole de leur grade. 
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat

Dans cette lettre ouverte, Ablassé Ouédraogo, président du parti « Le Faso Autrement » demande au président du Faso de mieux scruter la gestion de la « Nationale des Jeux du Hasard ». Pour lui, la Lonab est mal gérée et il est impératif que le chef de l’Etat puisse mettre fin à un « pillage à ciel ouvert » des ressources financières de la société. 

Image d'illustration

Ceci est une tribune de Jérémie Yisso Bationo, enseignant chercheur à Ouagadougou sur les offensives menées ces dernières semaines par les forces de défense et de sécurité burkinabè contre les groupes terroristes sévissant dans le Nord et l’Est du pays. Pour lui, il faut tout simplement une union sacrée autour des « boys ».

Dans cette tribune, Jérémie Yisso Bationo, enseignant chercheur à Ouagadougou, anaalyse l'évolution historique du Burkina de sa création à nos jours. Il invite surtout les Burkinabè à soutenir le chef de l'Etat dans le combat contre le terrorisme et à mettre fin à certaines pratiques qui sont des obstacles au développement.

Marie-Evelyne Petrus Barry

Le 1er juin promet d’être un jour historique pour les droits sexuels et reproductifs au Burkina Faso. En effet, l’État s’est engagé à fournir, à compter de cette date, des services de planning familial gratuits, notamment des contraceptifs et des consultations médicales. Il s’agit d’une décision longtemps attendue mais extrêmement positive qu’Amnesty International appelle de ses vœux depuis un certain temps. Néanmoins, pour qu’elle porte ses fruits et contribue véritablement à accroître la protection des droits des femmes et des filles, il faudra qu’elle soit soutenue par une campagne de sensibilisation nationale, associée à un développement des établissements de santé.

©Dr

Dans cette lettre ouverte , Adama Congo, ancien président des Jeunes socialistes du Burkina Faso interpelle le président du Faso sur le projet de déclassement d’une partie de la foret de kua pour y construire le futur hôpital de Bobo-Dioulasso.

Le président de Le Faso Autrement s’inquiète, dans cette tribune, pour la santé du général Djibril Bassolé. L’ancien ministre des Affaires étrangères, jugé actuellement pour son implication présumée dans le putsch de l’ex Régiment de sécurité présidentielle contre les autorités de la Transition en 2015 souffrirait d’une maladie cardiaque qui nécessiterait des soins à l’étranger. 

©Global malaria mapper

Le 25 avril est pour l’Organisation mondiale de la santé et la communauté internationale, la journée mondiale du paludisme. Pour cette année, plusieurs organisations regroupées en coalition vont lancer le réseau mondial de la Société Civile pour l’Elimination du Paludisme (CS4ME) dont le Réseau Accès aux Médicaments Essentiels (RAME) basé à Ouagadougou est membre. Voici le communiqué de presse relatif à cette campagne de plaidoyer pour l’objectif « Zéro Palu ».

Ceci est un communiqué de presse du Réseau Accès aux Médicaments essentiels (Rame) sur la lutte contre la tuberculose. Le Burkina Faso à l’instar des autres pays commémorent chaque 24 mars la journée mondiale de la lutte contre la Tuberculose.

La présidente de l'Union nationale des femmes de l'UPC

Ceci est un message de l’Union nationale des femmes de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) à l’occasion de la célébration ce 8 mars 2019 de la 162e journée internationale de la femme par le Burkina Faso.

En cette journée mémorable du 8 mars, retenue pour célébrer la Femme, et surtout pour réfléchir sur ses droits, mes pensées vont d’abord à toutes celles que j’appelle dans mon travail pictural les AMAZONES de L’OMBRE, et qui ne sont plus de ce monde. Leurs contributions multiformes, émanant de personnalités connues ou d’illustres anonymes, ont innervé les luttes ayant conduit au choix de cette date historique, qui revêt une très profonde signification. 

Dans cette tribune,  l’Union pour le progrès et le changement (UPC) jette un regard critique sur la politique environnementale du gouvernement burkinabè. Il interpelle par conséquent le Premier ministre à prendre en compte les préoccupations du secteur environnemental. 

Avec cette tribune, Dr Ablassé Ouédraogo, président de Le Faso Autrement (opposition), dit sa crainte de voir le Burkina Faso assurer la présidence du G5 Sahel. 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé