Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 
5e RGPH: la ministre en charge de la famille, Laurence Ilboudo plaide pour un recensement exhaustif des personnes en situation de  handicap
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record

SPORT

Démarrée en septembre dernier avec 38 équipes, la 5e édition du tournoi de maracana "Fair play" a connu son apothéose ce 24 novembre 2019 avec la victoire de l'équipe de l'AIP au détriment de son homologue du FC Beckam aux tirs aux buts (1-0) après un score nul (1-1).

Ce tournoi selon son promoteur, Alex Ouédouda, est né de l’idée de voir la jeunesse de Samandin, un quartier de Ouagadougou réunie autour du ballon rond. Au fil des années, la compétition s’est étendue aux différents quartiers de la ville. Pour cette édition 2019, ce sont au total 38 équipes qui ont pris part à la compétition. Puissant outil de renforcement des liens sociaux, de promotion des idéaux de paix, de fraternité, de solidarité, de non-violence, de tolérance et de justice, ce tournoi vise selon son promoteur, à promouvoir la solidarité et la cohésion sociale dans la ville de Ouagadougou.

Autour de M. Ouéddouda, c’est toute la jeunesse de Samandin qui a pris d’assaut le stade du lycée Bambata qui a abrité la finale de ce dimanche 24 novembre. Devant autorités politico-administratives, coutumières et religieuses dont le Kamsonghin Naaba, le Pô Naaba, parrain de l'édition 2019, les deux équipes ne se sont pas fait prier pour produire le spectacle tant attendu par les supporters venus nombreux. Au terme de la finale, c'est l'équipe de l'AIP qui est venu à bout de son homologue du FC Beckam aux tirs aux buts (1-0) après un score nul (1-1).

De quoi satisfaire Alex Ouéddouda qui aurait souhaité la présence de l’entraîneur national des Étalons footballeurs pour dénicher de nouveaux talents. «Le football est un facteur de cohésion et mon vœux le plus ardent, est de voir la jeunesse de Ouagadougou autour du ballon rond pour cultiver cette cohésion sociale. Mon ambition est de voir une jeunesse épanouie autour du ballon rond afin que notre équipe nationale puisse également être étoffée par ces nouveaux talents. Par les bénédictions de tous, Maracan fair play s'étendra sur toute la ville de Ouagadougou les années à venir», foi de M. Ouéddouda.

Pour sa part, le Pô Naaba, parrain de cette édition tout en souhaitant la cohésion sociale à travers ce tournoi, a indiqué que c'est l'occasion de dire à la jeunesse qu'il est plus qu'important de se donner les mains pour un Burkina meilleur où il fait bon-vivre. "Demander le fair-play sur le terrain, c'est demander à cette jeunesse de penser à l'avenir de notre nation à travers le travail et à travers le talent. Au regard de ce que j'ai vu ce soir, je pense que la jeunesse a compris que nous devons nous donner les mains pour aller vers un développement harmonieux et partagé" a ajouté le parrain.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé