Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SPORT

Candidat à l’élection à la présidence de la Fédération burkinabè de football (FBF), Bertrand Kaboré n’est pas allé du dos de la cuillère pour dénoncer ce qu’il qualifie de «tentative de fraude et mascarade électorale». Au cours d’une conférence de presse ce vendredi 4 novembre 2016, le désormais ex-secrétaire général de la FBF, a fait le bilan de sa campagne électorale et relevé quelques inquiétudes quant au bon déroulement du scrutin prévu pour le 10 novembre prochain.

 

 

Selon Bertrand Kaboré, des candidats seraient en train d’orchestrer un certain nombre d’actes de nature à «biaiser» l’équité et la transparence du processus électoral du 10 novembre prochain. Entre autres exemples cités, Bertrand Kaboré soupçonne le président sortant, Sita Sangaré, d’abuser de sa position de candidat sortant pour convier les responsables de ligues et clubs pour des fins de campagnes, pour l’achat des mandats, le transport des électeurs de leurs lieu de résidence au lieu prévu pour l’élection. Il cite aussi une «forte odeur de corruption des électeurs à travers la distribution d’enveloppes», etc.

Tous ces soupçons sont de nature à «polluer» l’atmosphère et à semer la division au sein des électeurs, selon Bertrand Kaboré. Le conférencier interpelle d’ailleurs le ministre des Sports et Loisirs, à prendre ses responsabilités afin de recadrer les choses qui risque selon lui, d’entacher la crédibilité de cette élection en vue.

«Un comité de normalisation pour diriger la FBF ?»

Bertrand Kaboré dit n’avoir jamais été informé d’une quelconque irrégularité dans son dossier de candidature comme l’affirme certains de ses adversaires. «Nous avons lu comme vous des écris de la presse mais en tant que juriste, tout ce qui a été entrepris jusqu’à présent, est nulle et non avenue», martèle M. Kaboré.

Pas plus qu’il été entendu par la commission d’appel et de litige le jeudi 3 novembre, jure-t-il, comme l’a indiqué le président de ladite commission ce vendredi 4 novembre. «La dernière fois que j’ai mis pied à la FBF, c’était le 12 septembre 2016. J’étais en campagne hier à Ziniaré», confie M. Kaboré.

Interprétant les textes de la FBF, il estime que « le Burkina Faso va passer dans une situation de comité de normalisation si l’élection n’a pas lieu le 10 novembre prochain».

Abel Azonhandé

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir