Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

Image d'illustration

SOCIETE

Le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha) a annoncé la suspension de leur mouvement d’humeur à compter de ce vendredi 8 novembre 2019. Le Syntsha a justifié cette suspension des actions des luttes en cours par  « la reprise des négociations avec le gouvernement » et en guise de bonne foi.

« Au regard de la reprise des négociations, des engagements pris avant et après cette reprise et en guise de bonne foi, le Bureau national invite les militants à suspendre les actions de lutte en cours à partir du 8 novembre 2019 à 00 heure sur toute l’étendue du territoire » peut-on lire dans le communiqué du Syntsha, le principal syndicat de la santé.

Cette suspension est à mettre à l’actif des médiations effectuées d’une part entre le Réseau Paix et Sécurité pour les Femmes de l’Espace CEDEAO - Antenne du Burkina Faso (REPSFECO_BF) et les syndicats de la santé et d’autre part entre le REPSFECO_BF et le gouvernement. 

Ces médiations « ont abouti à la reprise des négociations entre le gouvernement et le Syntsha sur le protocole d’accord du 13 mars 2017 et l’engagement du gouvernement à apporter des solutions aux préoccupations des travailleurs de la santé humaine et animale ».

Outre le Syntsha, les cinq autres syndicats de la santé ont annoncé la suspension de leur mouvement d’humeur selon le site d’information en ligne Burkina 24.  Suite à ces suspensions, il y aura la reprise des recouvrements des soins, la reprise de transmission des données statistiques, la reprise des missions, la reprise des tâches déléguées au niveau des Attachés de Santé. 

Le secteur sanitaire du Burkina Faso était en crise depuis plus de six mois à cause du mouvement d’humeur des syndicats de la santé qui réclamaient, entre autres, la satisfaction de leur plateforme revendicative, la mise en œuvre effective de la fonction publique hospitalière, le respect des engagements pris par le gouvernement et l’équipement adéquat des centres de santé.