Aujourd'hui,
URGENT
Médias: un incendie a ravagé ce matin les  locaux de la télévision BF1. Pas de blessé, mais d'importants dégâts matériels.
Burkina: le secteur minier, c’est 71% des recettes d’exportation,  50 tonnes d’or produites en 2019 qui ont rapporté 1420 milliards FCFA.
Mines: en 2020, l’exportation d’or a rapporté près de 2 000 milliards de FCFA au Burkina (Oumarou Idani). 
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  

SOCIETE

Débutées le  7 octobre 2019 à Ouahigouya (Région du Nord), les tournées régionales d’informations et de sensibilisations continuent dans les autres capitales régionales. Le lundi 14 octobre dernier, l’Institut national de la Statistique et  de la Démographie (INSD) et les autres acteurs du processus ont déposé leurs valises à Dori (Région du Sahel) et à Gaoua (Région du Sud-ouest) pour mieux expliquer le processus aux autorités et à l’ensemble de la population.

L’objectif de ces rencontres régionales est d’informer, sensibiliser et mobiliser tous les acteurs au niveau déconcentré pour la réussite de l’opération de dénombrement qui va se dérouler sur toute l’étendue du territoire national du 16 novembre au 15 décembre 2019.

A Dori, la rencontre a été présidée le 14 octobre par Inoussa Kaboré, secrétaire général de la Région du Sahel représentant le gouverneur. Ont pris part à ces échanges, tous les acteurs du processus et les forces vives de la région.

Compte tenu du contexte sécuritaire difficile, il a tenu  a rappelé l’importance de ce 5e RGPH pour sa région : « En dépit d’un contexte sécuritaire particulier dans notre zone et compte tenu du fait que le RGPH s’avère être la seule opération de collecte de données pouvant fournir des informations fiables, exhaustives, actualisées et désagrégées au niveau le plus fin, il est important que cette opération soit faite pour combler cette exigence et permettre au gouvernement et aux collectivités territoriales de conduire avec plus d’efficacité, la planification de nos actions de développement ».

Pour la réussite de l’opération de dénombrement dans sa région, il n’a pas manqué de souhaiter une implication effective et sans faille de toute la population et surtout des acteurs tant au niveau déconcentré et décentralisé.

Cet atelier d’information et de sensibilisation dans la région du Sahel a permis d’expliquer le bien fondé du recensement aux différentes autorités,  et acteurs économique et de la société civile, de fournir aux responsables des services déconcentrés toutes les informations liées au 5e RGPH, de solliciter la contribution, l’implication et l’adhésion de tous à cette édition du RGPH.  

Même son de cloche à Gaoua

Pendant ce temps, une équipe était dans la capitale régionale du Sud-ouest pour mieux expliquer cette 5e RGPH et baliser le terrain pour les agents recenseurs qui sillonneront les quatre coins de cette région. 

Le Gouverneur de Gaoua a réaffirmé sa disponibilité à accompagner le processus

Le gouverneur du Sud-ouest, Tagseba Nikiema a quant à lui donné son assurance et sa disponibilité à accompagner toutes les activités liées au processus dans la limite territoriale de sa circonscription. Il a estimé que la réussite de l’opération de dénombrement passera par l’engagement et la contribution de chaque citoyen.

« C’est pourquoi j’appelle les leaders communautaires, les autorités coutumières et religieuses, les autorités politiques et administratives, les associations, les ONG et les partis politiques à accompagner et mener des actions de sensibilisation à l’endroit des populations. J’invite particulièrement, tout citoyen de la région du sud-ouest ou toute personne vivant dans notre région à contribuer au succès de cette opération en réservant un bon accueil aux agents de terrain durant les différentes phases du recensement en donnant toute l’information demandée et à s’impliquer dans la sensibilisation de son entourage » a fait savoir le gouverneur Nikiema.

Notons que pour être compter par les agents recenseurs, il est important que chaque membre de famille présente l'une des pièces administratives que sont la carte nationale d'identité, le passeport, l'acte de naissance ou le jugement supplétif, et enfin le livret de famille.