Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

SOCIETE

La police nationale du Burkina Faso appelle, dans un communiqué, les chauffeurs routiers qui encombrent les voies d’accès à la capitale à reprendre le service dans le respect des textes et règles en vigueur. 

«Depuis le lundi 19 mai 2019, il nous a été donné de constater un dysfonctionnement de la circulation routière dans la ville de Ouagadougou, dû à un stationnement prolongé des véhicules poids lourds aux différentes entrées de la ville, bloquant ainsi le passage aux autres usagers de la route», commence le communiqué. 

L’une des missions régalienne de la police est de veiller au respect de la règlementation sur la circulation routière dans les centres urbains sans préjuger du bienfondé des revendications, poursuit le document. 

En invitant les chauffeurs routiers au calme et à la retenue, il les exhorte à reprendre «convenablement le service dans le respect des textes en vigueur»  et leur rappelle le contexte sécuritaire burkinabè qui invite tous les Burkinabè à plus de civisme et de patriotisme.  

Par ce «mouvement d’humeur», les chauffeurs routiers entendent protester contre un arrêté municipal réglementant la circulation des poids lourds dans la capitale burkinabè.