Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

SOCIETE

Le 21 mars dernier, le maire Mamoudou Maiga dit Mehaou de la commune de Markoye, province de l’Oudalan et son chauffeur avaient été enlevés et plus tard, le chauffeur a été libéré par les ravisseurs. A la faveur d’une conférence de presse ce vendredi 12 avril 2019, Saïdou Maïga, maire de la commune de Falangoutou, est revenu sur le sujet.

«Nous n’avons pas d’informations sur la situation actuelle du maire de Markoye», affirme d’emblée Saïdou Maïga qui se demande pourquoi le maire Mamoudou Maiga a été enlevé au même endroit où il avait essuyé des tirs de personnes non identifiées en octobre 2018. Selon les propos du maire, les ravisseurs de son homologue sont bien connus ainsi que leur lieu de refuge. Président de l’Association des maires du Burkina Faso de la région du Sahel, M. Maïga indique que c’est une situation malheureuse parce que selon lui, tous les maires sont en insécurité et malgré les interpellations sur la situation d’insécurité que vivent les élus locaux, rien n’est fait jusque-là par l’Etat central.

«Le maire Mamoudou Maiga et moi avions communiqué la veille de son enlèvement et il m’informait que des personnes l’ont pourchassé en vain lorsqu’il partait à Dori. Je lui ai alors dis de faire attention. Cette personne avait-elle besoin de demander une escorte ou encore de garde du corps ? Cela devait être systématique de la part de l’Etat surtout que le problème a été clairement posé à qui de droit», fustige M. Maïga. Il ajoute que ce n’est pas l’imprudence du maire Mamoudou Maiga mais plutôt l’inaction de l’Etat à un certain degré qui a abouti à son enlèvement. Espérant un dénouement heureux de cette situation, Saïdou Maïga invite le gouvernement à tirer toutes les conséquences et à prendre les mesures conséquentes.


Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé