Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

Les Etats ouest-africains se sont réunis vendredi lors d'un sommet virtuel pour décider de sanctions à l'encontre de la junte du Burkina Faso, arrivée au pouvoir par un coup d'Etat militaire lundi, et qui a appelé ses partenaires internationaux à collaborer avec elle. Le Burkina Faso est suspendu de l'organisation, sans autres sanctions immédiates.

Le Burkina Faso, où un coup d'Etat s'est produit lundi, a été suspendu vendredi de la Communauté des Etats ouest africains (Cédéao) à l'issue d'un sommet virtuel de cette organisation qui n'a pour l'instant pas décidé d'autres sanctions, a appris l'AFP auprès d'un participant à la réunion.

La Cédéao, qui a demandé la libération du président renversé Roch Marc Christian Kaboré, placé en résidence surveillée, ainsi que des autres officiels arrêtés, tiendra un nouveau sommet le 3 février à Accra, en présence cette fois des chefs d'Etat de la région, selon cette source s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

Le sommet virtuel, qui a duré environ trois heures, a en outre décidé de l'envoi samedi à Ouagadougou d'une mission des chefs d'état-major des armées de la Cédeao, qui sera suivie lundi d'une mission ministérielle.

Le Mali et la Guinée, où des militaires ont également pris le pouvoir, avaient écopé de sanctions supplémentaires.

Dans sa première allocution depuis sa prise de pouvoir lundi, le nouvel homme fort du Burkina, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, a estimé jeudi soir à la télévision nationale que son pays avait "plus que jamais besoin de ses partenaires"

Disant comprendre les "doutes légitimes" suscités par le coup d'Etat, il a assuré que le Burkina "continuera à respecter les engagements internationaux, notamment en ce qui concerne le respect les droits de l'Homme", précisant que l'indépendance de la justice serait aussi "assurée".

Le lieutenant-colonel Damiba s'est engagé "au retour à une vie constitutionnelle normale", "lorsque les conditions seront réunies", sans préciser d'agenda.

Le chef de la junte a assuré que la "sécurité" était sa priorité à la tête de ce pays endeuillé quasi quotidiennement par des attaques jihadistes meurtrières.

 

Source TV5MONDE avec AFP