Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: au moins 25 terroristes neutralisés les 11 et 13 septembre 2020 dans le Soum et le Loroum (Etat-major des armées).
Burkina: 65 partis politiques soutiennent la candidature du président Roch Kaboré, selon le MPP, parti au pouvoir. 
Elections 2020: la date limite de dépôt le 22 septembre pour les législatives et le 2 octobre pour la présidentielle au Burkina.
Burkina: Ouaga enregistre 541 266 candidatures, soit 41,95% du nombre total pour les concours directs de la Fonction publique/2020.
Burkina: 1 290 142 candidatures enregistrées pour 4 721 postes à pourvoir pour les concours directs de la Fonction publique /2020.
Présidentielle/2020: des jeunes collectent 8 millions de Fcfa pour payer la caution du candidat Roch Marc Christian Kaboré.  
Burkina: l’ancien premier ministre Yacouba Isaac Zida sera investi comme candidat à la présidentielle le 25 septembre.
Burkina: le dialogue avec les groupes armés, une «nécessité humanitaire», selon le CICR.
Justice: le juge des référés ordonne l’interdiction immédiate de l’utilisation de l’identité et du logo du CDP par Mahamadi Kouanda. 
Elections 2020: 1 122 554 nouvelles personnes enrôlées pour un total de 6 492 026 électeurs au Burkina Faso. 

©présidence du Faso

POLITIQUE

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a reçu en audience hier soir, une délégation du Haut Conseil du Dialogue social (HCDS), conduite par son président, Domba Jean-Marc Palm qui a remis le rapport d’activités 2018-2019 de son institution.

Les activités du HCDS durant cette période sont articulées autour de trois axes, selon Domba Jean-Marc Palm. il y a eu d’abord un partage d’expériences avec les organisations de même statut dans la sous-région, ensuite la formation et la sensibilisation des membres de l’institution, enfin la médiation dans des secteurs en crise : il s’agit de la poste, des transports, du mouvement d’humeur des gestionnaires des ressources humaines, de l’environnement, des bâtiments et travaux publics (BTP) et de la santé.

Pour M. Palm, l’objectif du HCDS consiste à amener les gens à se parler afin de trouver des solutions dans l’intérêt général. « Tant qu’on ne parle pas, tant qu’on ne dialogue pas, il n’y a pas de solutions. Ça peut prendre du temps, parce que chacun défend ses intérêts. Il faut que nous arrivions à rapprocher les différentes positions, pour que nous regardions dans le même sens, en ayant pour objectif principal l’intérêt général » a-t-il expliqué.

Cependant, le président du HCDS, a déploré l’état d’esprit après l’insurrection, qui complique la médiation. « Parfois les positions se crispent. Il faut arriver à décrisper les positions et amener les gens à s’asseoir et à discuter. Il faut qu’on écoute le point de vue de chacun, et trouver le juste milieu qui satisfait tout le monde » a conclu le président du HCDS.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir