Aujourd'hui,
URGENT
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)

©Premier ministère

POLITIQUE

Le Premier Christophe Joseph Marie Dabiré a reçu ce mardi 10 septembre 2019 en fin de matinée, le Secrétaire général d’Interpol, Jürgen Stock. Il a été surtout question pour cette organisation internationale et le chef du Gouvernement Burkinabè, de voir comment soutenir davantage la police du Burkina Faso, à travers des échanges d’informations concernant la lutte contre le terrorisme et le crime organisé.

Le Burkina Faso fait partie des 194 pays qui travaillent avec Interpol, cette organisation internationale qui s’est fixée pour mission, de promouvoir la coopération policière internationale depuis 1923, année de sa création. Entre le Chef du Gouvernement Burkinabè et le Secrétaire général de l’organisation ce mardi matin, les échanges ont surtout porté sur les voies et moyens de renforcer la coopération, notamment à travers des échanges d’informations policières, au moment où le pays est confronté aux assauts répétés des terroristes. Pour Jürgen Stock, le renforcement de cette coopération doit partir des bases déjà existantes au Burkina Faso, notamment le « système de communication policière ».

Ce système d’information burkinabè aussi bien qu’il serve les autorités du pays, peut être mis à la disposition d’autres polices du monde. La démarche d’Interpol consiste ainsi en un maillage parfait du monde, à travers des polices interconnectées. C’est d’ailleurs le souhait des Nations Unies qui recherchent l’«amélioration du système d’avertissement mondial qui bénéficie du soutien d’Interpol ». Pour le patron d’Interpol, le « Burkina Faso est un partenaire clé dans ce système de communication. Il a salué le soutien des autorités Burkinabè, à savoir le Président du Faso, le Premier Ministre, le ministre en charge de la sécurité intérieure et le directeur général de la police nationale, pour l’aboutissement de cette ambition internationale.»

En rappel, Interpol ou l’Organisation internationale de police criminelle (OIPC) est une organisation dont la mission est de prévenir et combattre la criminalité, grâce à une coopération policière internationale renforcée. Sa devise est : «Relier les polices pour un monde plus sûr ». Son siège est à Paris, en France.

*Le titre est de la rédaction

DCI/PM

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé