Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

Image d'illustration

POLITIQUE

Achille Tapsoba, le 1er vice-président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a clarifié hier mardi 11 juin 2019 la position du parti sur la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo à la présidentielle de 2020. 

Achille Tapsoba a d’emblée jugé ridicule les propos tenus par le député Rasmané Daniel Sawadogo. Au cours d’une conférence de presse, celui a qui a démissionné du Bureau politique national avait affirmé que c’est le président du parti Eddie Komboïgo qui a «gonflé» le chiffre de 600 à 1000 membres pour pouvoir insérer ses partisans dans le bureau politique national en vue de se faire élire pour les élections de 2020. 

Et pourtant à entendre M. Tapsoba, pour qu’il y ait candidat, il faut que le parti s’organise pour désigner le candidat. «Pour les élections de 2015, nous avons élaboré une procédure et au cours de la procédure, nous avons désigné un candidat. À l’époque, il n’y avait qu’un seul candidat qui était Eddie Komboïgo. Aujourd’hui, le parti a dit qu’il n’a pas encore organisé la procédure pour la désignation de son candidat, le parti n’a pas encore mis en place la procédure donc la désignation du candidat du CDP n’est pas encore faite. Mais, il se trouve des cadres du parti comme Rasmané Daniel à avoir déjà un candidat qu’ils soutiennent. Ce qui est encore plus dramatique, si c’était seulement une intention de candidature que Kadré Désiré Ouédraogo a fait en son sein, on aurait compris que chacun est libre d’annoncer son intention. Il faut être clair, tout militant du CDP à l’heure actuel peut dire qu’il a l’intention de se présenter comme candidat à la présidentielle de 2020 mais, cette intention ne sera mise en œuvre qu’à l’intérieur et par les démarches du parti».

Selon les explications de M. Tapsoba, Kadré Désiré Ouédraogo a pris lui-même la responsabilité d’annoncer sa candidature. «Est-ce qu’il n’y a pas une différence entre le candidat d’un parti choisi par les procédures du parti et quelqu’un du parti qui dit qu’il est candidat en dehors du parti et des procédures du parti?» s’interroge le 1er vice-président du CDP pour qui, on veut les imposer la candidature de M. Ouédraogo. «On veut nous obliger à dire que Kadré Ouédraogo est notre candidat. C’est quelle affaire ça ? Le CDP n’a pas encore de candidat, le CDP va désigner un candidat parce que c’est la tradition du CDP d’avoir un candidat aux élections présidentielles. Il n’est pas le candidat du CDP et lui-même l’a dit par honnêteté intellectuelle. Le CDP va se doter lui-même bientôt d’une procédure après le congrès extraordinaire pour aller à la désignation de son candidat».