Aujourd'hui,
URGENT
Egypte: l'Onu demande une enquête indépendante sur la mort de l'ancien président Mohamed Morsi
Gabon: colère des femmes gabonaises après la suppression du ministère dédié à l’Égalité
Burkina: le CICR renforce les capacités des journalistes sur la couverture «responsable» des conflits armés
Procès Putsch: le parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. 
Procès Putsch: le parquet militaire demande la destitution des généraux Diendere et Bassole de leur grade. 
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat

POLITIQUE

Le ministre burkinabè de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur Paul Robert Tiendrébéogo a rencontré, dimanche 2 juin 2019, à Bruxelles, la diaspora burkinabè qui relève de l’ambassade du Burkina Faso en Belgique.  Le ministre rassure ses compatriotes de l’extérieur qu’ « il n’y a pas, et il n’y aura pas de conflit communautaire au Burkina Faso» comme le laisse croire certaines ONG ou médias. 

Arrivé à Bruxelles dimanche matin dans le cadre de la passation de la présidence tournante du Processus de Rabat entre le Burkina Faso et la France prévue lundi 3 juin 2019, le ministre burkinabè chargé de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur Paul Robert Tiendrébéogoen a profité pour rencontrer ses compatriotes résidant en Belgique, aux Pays-Bas, en Irlande, au Luxembourg et en Grande Bretagne qui relèvent de l’ambassade du Burkina Faso à Bruxelles.

Les échanges entre les compatriotes et leurs ministres de tutelle ont tourné principalement autour de la situation sécuritaire au pays. En effet, depuis 2015, le Burkina Faso, jadis stable et sécure est confronté  à une situation dramatique avec des attaques terroristes quasi permanentes dans certaines localités. Ces derniers temps, la situation s’est exacerbée avec des affrontements intercommunautaires qui ont fait des dizaines de victimes. Ces faits ont marqué les esprits à l’intérieur et, à l’extérieur, les Burkinabè qui dépendent de l’Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles  sont très  inquiets.

«Ce qui constitue l’actualité du pays, comme vous le savez, c’est la situation d’insécurité marquée par les attaques terroristes. Mais je voudrais tout de suite rassurer les uns et les autres car, on entend plein de choses ici et là. Il n’y a pas de conflit intercommunautaire au Burkina Faso et il n’y en aura pas car, ce pays-là a une histoire et personne, aucune communauté ne va déchirer le tissu de la solidarité et de la cohésion», a assuré le ministre.

A propos des attaques, le ministre a indiqué qu’on ne peut pointer du doigt quelqu’un à ce stade. «Ce que l’on sait c’est que la situation sécuritaire s’est aggravée à cause du Mali. La digue au nord du Burkina Faso a cédé et le pays a commencé à connaître des problèmes de toute part. Mais à ce stade on ne cherche pas à savoir qui a fait quoi, on veut seulement chasser ces terroristes et libérer notre pays», a indiqué M. Tiendrébéogo.

Il a indiqué que deux opérations ont été menées par l’armée : l’une à l’est et au centre-est qui a permis de sécuriser pratiquement toute la région. L’autre, qui vient de se terminer a concerné le sahel, le nord, le centre-nord «et là aussi plusieurs axes et localités ont été sécurisées».  

La crise sécuritaire qui secoue le Burkina Faso a des conséquences dramatiques dans de nombreux secteurs d’activités en plus des pertes en vies humaines que le pays enregistre.

Dans le domaine de l’éducation par exemple, 2024 écoles ont été fermées dans le sahel, au nord, à l’est et au centre-est obligeant quelques 330.292 élèves à cesser les classes. Plus de 2000 enseignants sont touchés par cette situation. Le gouvernement a cependant pris des mesures pour organiser les examens scolaires pour certains des élèves affectés par la crise mais hélas, a lâché le ministre, les élèves et écoliers de quelques 900 écolesne pourront malheureusement pas être pris en comptedans ces mesures alternatives. Mais il y a de fortes chances que certains élèves repartent en classe après les opérations menées par l’armée car, les opérations de sécurisation permettent à chaque fois de rouvrir des écoles, a-t-il espéré. 

Le ministre Tiendrébréogo a aussi donné à ses compatriotes les nouvelles politiques du pays. «Vous avez sans doute entendu parler du dialogue politique voulu par le chef de l’Etat. Il y a un comité qui a été mis en place pour préparer ce dialogue avec tous les acteurs et vous serez tenus informés», foi du ministre Tiendrébréogo.  Concernant le vote des burkinabè de la diaspora désormais actée par une loi, le ministre a indiqué que les acteurs (politiques) se concertent toujours, mais pour l’instant, ce qui est demandé à son département c’est la confection des documents de votation. A ce titre, la juridiction de l’ambassade du Burkina Faso à Bruxelles a déjà enregistré le passage d’une mission spéciale du 12 au 26 mai dernier pour la confection des passeports et des Cartes nationales d’identité. Au total, 179 dossiers de passeports et 118 dossiers de CNIB ont été établis. Sur les 118 CNIB, 114 « étaient dans les valises du ministre» qui les a distribuées à ceux qui étaient présents. Quant aux passeports, leur confection demande un peu plus de temps, «mais  vous les aurez dans une semaine maximum dans deux semaines ici à l’ambassade». 

Pas question de ghettoïsation de la diaspora 

Autre information apportée par le ministre à ses compatriotes de la juridiction de Bruxelles, c’est la grogne sociale pour laquelle le gouvernement privilégierait le dialogue. «Pour les questions sociales, le gouvernement privilégie le dialogue social. Les problèmes que nous gérons sont des anciens problèmes. Si quelqu’un a pris un engagement en 2012, vous ne pouvez pas dire que vous n’étiez pas là et que vous n’allez pas l’honorer. L’Etat est une continuité et nous ferons tout pour respecter les engagements qui ont été pris avant notre arrivée et qui nous engagent au nom de cette continuité de l’Etat», a assuré le ministre de la diaspora. 

Abordant les actions de son département, le ministre a indiqué que suite au forum de la diaspora tenue en juillet 2018, le décret sur le Comité de suivi des recommandations du forum vient d’être signé. Ce «retard» est dû au long temps mis par la zone Europe pour désigner son représentant au sein dudit comité car, depuis juillet, c’est seulement en décembre, que cette zone a pu s’entendre sur le nom de son représentant au sein du comité de suivi.

Le ministère a également commandité une étude sur le fonctionnement du Conseil supérieur des Burkinabè de l’étranger (CSBE) conformément aux recommandations du forum et a lancé une autre sur la politique nationale de la diaspora comme l’avait également recommandé le forum. 

Après avoir reçu ces informations fraiches venues du pays, les questions et contributions des compatriotes ont tourné autour de la cité de la diaspora notamment sur les coûts jugés élevés des villas, l’ouverture éventuelle de la cité aux burkinabè résidants«alors qu’on parle de cité de la diaspora».

Le ministre a fortement déconseillé l’idée de dire que la cité en projet est destinéeà la diaspora exclusivement et que les burkinabè de l’intérieur ne pourraient pas y habiter. «Je ne pense pas que ce soit de l’intérêt des membres de la diaspora une fois de retour au pays de se retrouver entre eux dans leur cité. Les gens ne vont pas rentrer se balkaniser dans leur propre pays. En tout cas, je ne pense pas qu’il est de votre intérêt de vous ghettoïser dans votre propre pays», a indiqué le ministre reprenant des propos, semble-t-il, du chef de l’Etat lors du forum de la diaspora. D’autres questions ont tourné autour des difficultés de déplacement de certains cadres burkinabè qui résident à l’extérieur et qui ne veulent pas se prévaloir de la nationalité de leur pays d’accueil. Ils tiennent à leurs passeports burkinabè. Des commentaires portant sur l’engagement jugé timoré des autorités nationales (militaires et politiques) dans la lutte contre le terrorisme ont été également entendus. Des préoccupations liées à l’érection d’une maison de la culture du Burkina Faso à Bruxelles, à la promotion de la consommation des produits locaux et des conseils pour ceux qui souhaitent revenir investir au pays ont également été évoqués ainsi que la mutation des pensions de retraite pour les travailleurs immigrés. 

Le ministre a tout de suite couper court au commentaire tendancieux selon lesquels les autorités ne  seraient pas assez engagées dans la lutte antiterroriste en indiquant que tout le monde est engagé dans la lutte et qu’on ne peut soupçonner personne de ne pas faire ce qu’il doit faire. «Nos militaires tombent sur le terrain. Ils sont engagés pour la défense de la patrie et il n’est pas juste de dire que les gens ne font pas ce qu’il faut. Il faut tous ensemble que nous nous engageons derrière nos forces de défense et de sécurité pour vaincre ces terroristes», a asséné le ministre. 

Concernant le coût jugé élevé des villas de la cité de la diaspora, le ministre a indiqué que cela était de la normalité des prix pratiqués dans l’immobilier au Burkina Faso. Mais, qui plus est, l’acquisition d’une villa est accompagnée de tous les documents titre foncier y compris. «Dans la zone où sera érigée la cité de la diaspora je vous mets au défi de me trouver un terrain à moins de 20 millions de francs CFA», a-t-il lancé. Pour ce qui est des cadres burkinabè, en fonction de leur catégorie, certains peuvent bénéficier de passeports diplomatiques. Quant à la maison de la culture, la question a déjà été abordée avec le chef de l’Etat  et sera étudiée avec le ministère de la culture en tenant compte de la situation, des moyens du pays et de sa politique culturelle. Appel a été lancé à la diaspora burkinabè à contribuer, chacun selon ses capacités, à l’effort de guerre ou en soutien aux familles des victimes des attentats ou des militaires tombés sur le front, quoique cela ne soit pas une décision officielle arrêtée par l’Etat. 

Les cinq pays qui forment la juridiction de l’ambassade du Burkina Faso à Bruxelles comptent un peu plus de deux mille immigrés répartis approximativement comme suit : 800 en Belgique, 500 aux Pays-Bas, 500 au Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord, 100 au Grand-Duché de Luxembourg et 100 en Irlande. Un recensement sera bientôt organisé dans le cadre de l’élection présidentielle de 2020.  Ces Burkinabè évoluent dans plusieurs corps de métier et comptent des enseignants, des fonctionnaires internationaux, des étudiants, des salariés du privé comme du public, certains étant des binationaux. Beaucoup d’autres évoluent dans les petits métiers.

Les grandes questions auxquelles cette ambassade est confrontée se résument très souvent aux demandes de passeport, de documents administratifs, aux demandes d’assistances, de rapatriements volontaires et aux demandes de délivrance de laissez-passer…, a résumé l’ambassadeur Zaba.

Romaric Ollo HIEN

Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles

Mission auprès de l’Union européenne

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé