Aujourd'hui,
URGENT
Egypte: l'Onu demande une enquête indépendante sur la mort de l'ancien président Mohamed Morsi
Gabon: colère des femmes gabonaises après la suppression du ministère dédié à l’Égalité
Burkina: le CICR renforce les capacités des journalistes sur la couverture «responsable» des conflits armés
Procès Putsch: le parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. 
Procès Putsch: le parquet militaire demande la destitution des généraux Diendere et Bassole de leur grade. 
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat

POLITIQUE

Sur le débat qui concerne l’implantation du Centre hospitalier universitaire de Bobo-Dioulasso dans une partie de la forêt de Kua, le chargé de communication de l’ambassade de Chine au Burkina Faso, Wang Bowei, a affirmé, au cours d’une conférence de presse,  que c’est de façon unanime que le site de Kua a été choisi. La Chine dit n’avoir pas imposé de site et fait savoir qu’elle pourrait accepter n’importe quel autre site qui lui serait proposé. 

Le choix de la forêt de Kua n’a pas été fait par la Chine. «Raisonnablement un tel choix pour un tel projet ne pourrait jamais être fait de façon unilatérale. Nous avons fait des consultations entre deux parties pour travailler ensemble pour choisir ce site. Il a été préféré aux autres sites car il offre une situation idéale en terme d’impact environnemental et social», explique M. Wang. 

A la question de savoir si la Chine envisage déporter le projet sur un autre site vu certaines résistances, le chargé de communication a souligné que la Chine est un exécutant. «Nous sommes des exécutants c'est à dire que nous apportons ce projet de don et nous respectons toujours la décision du gouvernement et celle du peuple burkinabè. Si le gouvernement nous saisis pour nous dire de choisir un autre site, nous sommes ouverts. Mais, ce serait vraiment dommage pour le projet et pour le bénéfice qu'il pourrait engendrer pour la population. En principe, nous respectons la décision du gouvernement mais pour le bonheur de la population, on souhaite que ce soit ce site parce que, s'il faut un autre site, il va falloir attendre un an d'étude et de processus donc les victimes seront les populations», a expliqué M. Wang. 

Pour lui, le  projet est à la demande du gouvernement et du peuple burkinabè et son pays a répondu favorablement pour offrir cet hôpital sans contrepartie ni conditions. «C'est un engagement politique, c'est une promesse de la partie chinoise aux autorités du Burkina Faso», se justifie-t-il. 

S’agissant des critiques sur les réseaux sociaux, il a fait savoir que ces critiques ne sont pas fondées parce que la Chine n’a aucune raison, aucun intérêt à endommager l’environnement. «Nous n’avons pas d’arrière-pensée comme cela se dit sur les réseaux sociaux. La seule chose qui nous tient à cœur, c’est que ce projet puisse bénéficier à la population. Si quelqu’un nous propose un plan qui envisage à détruire l’environnement, nous serons les premiers à dire non. Peut-être que ces critiques sont dues au manque de communication», ajoute-t-il. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé