Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

Le procès du général Gilbert Diendéré et 83 autres personnes soupçonnées d’avoir trempé dans le putsch de l’ex Régiment de sécurité présidentielle contre les autorités de la transition en septembre 2015 débute le 27 février 2018 selon un communiqué du procureur militaire, Alioun Zanré.

Ce procès ouvert au public, se tiendra dans la salle de banquet de Ouaga 2000. M. Diendéré et ses coaccusés sont poursuivis pour attentat à la sureté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires, dégradation volontaire de biens appartenant à autrui, trahison, incitation à commettre des actes contraires au règlement et à la discipline militaire, violence et voies de fait sur autrui, ou de complicité de ces infractions.

En septembre 2015, alors que le président de la transition, Michel Kafando, son premier ministre Yacouba Zida, et des membres du gouvernement étaient séquestrés, Gilbert Diendéré avait pris la tête du Conseil national pour la démocratie (CND), la junte qui prétendait mettre fin à la transition dirigeant le pays depuis la chute en octobre 2014 de Blaise Compaoré, renversé par un soulèvement populaire.

Lors des manifestations contre les putschistes qui avaient suivies, une quinzaine de personnes ont été tuées.