Aujourd'hui,
URGENT
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés
Cyclisme: Le Burkinabè Bachirou Nikiéma remporte le grand prix de la ville d'Abidjan
Cédéao: Mise en place d'un plan quinquennal de lutte contre le terrorisme d'un montant de près 596 milliards de FCFA
Cyclisme: le Burkinabè Paul Daumont remporte le tour cycliste international de Côte d'Ivoire
Cameroun: le président Paul Biya convoque "un grand dialogue national" sur la crise au Cameroun anglophone
RDC: déraillement meurtrier d’un train dans le Tanganyika, plus de 50 morts
Burkina: des organisations syndicales se démarquent de la journée nationale de protestation initiée par l'Unité d'action populaire
Burkina:  l’UPC invite le gouvernement «à reprendre sans délai les négociations avec les syndicats de la santé»

ENVIRONNEMENT

Les promoteurs ne respectent pas la loi N°017-2014/AN du 20 mai 2014 portant interdiction de production, de l’importation, de la commercialisation et de la distribution des emballages et sachets plastiques non biodégradables. C’est le constat fait lors d’une opération spéciale de contrôle sur le respect de ladite loi effectuée du 25 au 29 septembre 2017 dans les villes de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso. Le bilan de l’opération a été présenté aux hommes et femmes de médias le vendredi 13 octobre 2017 à Ouagadougou par le ministre en charge de l’Environnement.

A ce point de presse, le ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique, Nestor Batio Bassière, a apporté des éclaircissements aux journalistes sur la lutte contre les sachets non-biodégradables. Le ministre s’est d’abord réjouit du fait que le sachet biodégradable est de plus en plus utilisé dans notre pays. Pour preuve, environ 200 certificats d’homologation ont été délivrés par la direction générale de la préservation de l’environnement. Cependant l’objectif est loin d’être atteint.

Sur 129 sociétés contrôlées à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso du 25 au 29 septembre 2017, seulement 25 sociétés soit environ 20% sont en règles vis-à-vis des dispositions de la loi. Ce qui veut dire que 80% de ces entreprises ne sont pas conformes soit 104 sociétés.

Selon le ministre Nestor Batio Bassière, à la date du 09 octobre 2017, sur les 104 promoteurs convoqués 13 ont été déjà auditionnés et sanctionnées, 65 auditions sont en cours et les auditions des 26 autres sont aussi programmées. Les auditions se poursuivront jusqu’à épuisement de la liste des interpellés.

Parmi les actions futures du ministère en charge de l’environnement, on note l’acquisition des appareils de test de biodégradabilité pour plus d’efficacité dans les opérations de contrôle. Monsieur Nestor Bassière a saisi l’occasion pour réitérer ses encouragements aux initiatives privées et aux différents acteurs qui interviennent dans la collecte et la valorisation des déchets plastiques.

MEEC

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé