Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

ECONOMIE

Une délégation de chefs d’entreprises françaises séjourne à Ouagadougou pour un « Forum d’affaires France-Burkina ». Réunis au sein du Mouvement des entreprises de France (Medef), la présence de ces chefs d’entreprises françaises sur le sol burkinabè est une réponse à l’invitation du président Roch Marc Christian Kaboré afin de mieux présenter les opportunités d’investissements au Burkina aux hommes d’affaires français.

 

 En honorant cette invitation du gouvernement burkinabè, le Medef exprime ainsi, selon Bruno Mettling, président du conseil des chefs d’entreprises France-Afrique de l’Ouest du Medef International et directeur général Afrique et Moyen orient d’Orange, sa volonté de faire des affaires au Burkina Faso.

C’était l’occasion pour Elie Justin Ouédraogo, représentant le président du Conseil national du patronat burkinabè, de rappeler que « l’ambition des autorités burkinabè, est de faire du Burkina Faso, une terre de prédilection des investisseurs où le secteur privé joue pleinement son rôle de moteur de développement économique et social ». Pour M. Ouédraogo, le Medef trouvera sans nul doute au cours de cette rencontre, des hommes d’affaires burkinabè avec qui il peut nouer des partenariats gagnant-gagnant afin de réaliser des investissements fructueux, profitables à chacune des parties.

Le PIB nominal nettement en progression

Face aux menaces terroristes et autres soubresauts politiques, le premier ministre Burkinabè, Paul Kaba Thiéba, s’est voulu rassurant. « A ce jour, la situation sécuritaire est sous contrôle. En dépit des chocs liés aux effets négatifs des attaques terroristes dans la sous-région, l’économie burkinabè a fait preuve de résilience », fait remarquer le Premier ministre. D’après lui, la croissance du Produit intérieur brut (PIB) nominal qui était descendue de 6,6% en 2013 à 4,4% en 2015, remonte progressivement au niveau du potentiel évalué à 6,5%. La croissance du PIB ressortirait à 5,7% en 2016. Et avec la mise en œuvre du Programme d’investissements publics prévus dans le cadre du Plan national de développement économique et social (PNDES), « les perspectives sont favorables pour 2017 » car, les prévisions situent la croissance à 8,37%.

Ces opportunités d’affaires, la délégation conduite par Bruno Mettling n’entend pas les rater. Pour M. Mettling, qui témoigne n’avoir jamais conduit une si grande délégation d’entreprises françaises dans un pays du sahel, « la bonne réponse à apporter à la menace terroriste, est de multiplier les échanges, de se renforcer et d’investir ». De ce point de vue, il estime que consolider le climat des affaires et relancer le développement économique est une réponse aussi importante. Raison de la présence de sa délégation à Ouagadougou.

Abel Azonhandé