Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

Image d'illustration

ECONOMIE

Le ministre burkinabè en charge du commerce, Harouna Kaboré a livré ce lundi 7 octobre 2019 le message du président du Faso, à l'occasion de la réunion spéciale de haut niveau dédiée au lancement public de la Journée mondiale du coton qui se tient à Genève en Suisse. Il a rappelé que malgré les obstacles, le coton demeure le premier produit agricole d'exportation du Burkina. Aussi il a plaidé pour l’institutionnalisation de la commémoration de la Journée Mondiale du Coton le 7 octobre de chaque année.

 Messieurs les Chefs d’Etat ;

Mesdames et Messieurs les Ministres ;

Monsieur le Directeur Général de l’Organisation Mondiale du Commerce ;

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs ;

Mesdames et Messieurs les responsables de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), du Centre du Commerce International (ITC), de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED), du Comité Consultatif International du Coton (CCIC) ;

Mesdames et Messieurs les représentants des Organisations professionnelles du coton et des agriculteurs ;

Mesdames et Messieurs les partenaires techniques et financiers ;

Distingués participants.

C’est une immense joie pour moi de prendre part à cette première Journée Mondiale du Coton en ce jour du 7 octobre 2019.

Je saisis cette opportunité, pour saluer le Directeur Général de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), les présidents des différents comités et nos partenaires qui ne ménagent aucun effort pour aider des millions de personnes à sortir de la pauvreté à travers la culture et la transformation du coton dans le monde, en Afrique et particulièrement au Burkina Faso.

Je voudrais, en votre nom à tous, adresser mes sincères remerciements à l’Organisation des Nations Unies (ONU) dont le soutien est crucial pour l’institutionnalisation de la commémoration de la Journée Mondiale du Coton le 7 octobre de chaque année.

Excellence Messieurs les Chefs d’Etat,

Mesdames et Messieurs,

Le coton contribue pour plus de 10% au Produit Intérieur Brut (PIB), et reste le premier produit agricole d’exportation du Burkina Faso et le deuxième produit exporté après l’or. Il fait vivre plus de quatre millions (4 millions) de personnes, contribuant ainsi fortement à la réduction de la pauvreté et à une croissance inclusive.

Avec une production moyenne annuelle de 600 000 tonnes de coton graine (soit environ 250 000 tonnes de coton fibre), moins de 2% fait l’objet de transformation locale par des filateurs traditionnels, semi-artisanal et industriel.

La quasi-totalité de la production de coton fibre est exportée suivant les cours mondiaux, sans aucune transformation substantielle, limitant ainsi sa contribution à l’économie nationale.

C’est pourquoi le Burkina Faso met l’accent sur des politiques nationales capables de booster la transformation et la consommation locale de ces produits de base. Ainsi, dans le cadre de la mise en œuvre de l’axe 3 du Plan national de développement économique et social (PNDES), le Burkina Faso a adopté, en 2018, la Stratégie nationale d’industrialisation (SNI), le nouveau Code des investissements, ainsi que le Plan d’industrialisation accélérée (PIA) dans les filières stratégiques de l’économie dont le coton.

Face à la concurrence déloyale du fait de la contrefaçon, des efforts sont consentis pour valoriser et protéger les produits locaux à travers une stratégie nationale de labellisation qui a permis de labéliser en mai 2019, le pagne traditionnel, le « Faso Dan Fani », tissé en majorité par des milliers de braves femmes.

Excellence Messieurs les Chefs d’Etat,

Mesdames et Messieurs,

Pour un système commercial multilatéral pro-développement, j’encourage les Membres à poursuivre et à accélérer les efforts, dans un esprit de partage de savoirs, de transparence et d’engagement constructifs.

Aussi, j’invite l’ensemble des partenaires à accroître l’aide pour le commerce et le développement accordée à l’intégration des pays les moins avancés aux chaînes de valeur du coton et de trouver des solutions concrètes et mesurables à la problématique du soutien interne au coton, d’ici la 12èmeConférence Ministérielle de l’OMC prévue du 8 au 11 juin 2020 à Nour-Sultan au Kazakhstan.

Je voudrais saisir l’occasion que nous offre cette rencontre pour inviter l’OMC, les pays membres et tous les partenaires au développement à la 2èmeédition du Salon International du Coton et du Textile (SICOT), qui aura lieu les 30 et 31 janvier 2020 à Koudougou au Burkina Faso.

Je ne saurais terminer mon propos sans réitérer, mes sincères remerciements à tous ceux qui contribuent à l’amélioration de la vie de nos populations, ainsi qu’à l’ensemble des partenaires qui nous accompagne dans la valorisation du coton africain notamment dans les petits pays à faible revenus.

Je vous remercie !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé