Aujourd'hui,
URGENT
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)

ECONOMIE

Cela fait maintenant dix ans que le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT) est au service du développement des collectivités territoriales. Après une décennie, une série d’activités a été programmée pour célébrer les acquis et repenser le développement à la base. C’est donc dans le cadre de la mise en œuvre desdites activités que les administrateurs du FPDCT sont en atelier d’immersion depuis ce jeudi 29 août 2019 à Bobo-Dioulasso et ce, jusqu’au samedi 31 août.


«10 ans, ce n’est pas 10 jours» et pour Bruno S. Dipama, Directeur général du FPDCT, il est grand temps de marquer un arrêt, faire le bilan, faire le tour des nouveaux défis et enjeux et surtout, tracer de nouvelles perspectives pour le développement des collectivités territoriales. C’est tout le sens de cet atelier d’immersion des administrateurs du FPDCT qui se veut selon le premier responsable du Fonds, l’occasion de les outiller afin qu’ils soient les premiers partenaires et ambassadeurs cet outil de développement.
«Le FPDCT fait face à de nombreux défis et attentes et c’est pour cela que nous organisons cet atelier d’immersion pour que nous soyons au même niveau d’information, que nous ayons la même compréhension des enjeux. Parce que sans leur concours et accompagnement, nous ne pourrons réussir nos missions», foi de M. Dipama. Ils sont donc 9 administrateurs dont des représentants de l’Etat, des collectivités territoriales et l’administrateur représentant le personnel du FPDCT. Il est attendu d’eux de pousser la direction générale dans son retranchement afin de leur donner les informations utiles afin d’être en phase l’organe dirigeante.

Le DG Bruno Dipama (à droite) en compagnie de Jean Noël Sawadogo, PCA du FPDCT (en blanc)

 

Pour Jean Noël Sawadogo, Président du conseil d’administration du FPDCT, l’apport des collectivités territoriales dans le développement fait qu’il est indéniable que le gouvernement axe ses efforts sur le développement à la base. En effet, avec l’insurrection populaire d’octobre 2014 qui a conduit à la suppression des conseils municipaux, le FPDCT n’avait plus d’organes de gestion. Ce qui fait qu’il n’y avait plus d’orientation stratégique afin de permettre au Fonds de mieux accompagner les collectivités. Grâce donc à la mise en place desdits organes depuis 2017, il était donc important selon M. Sawadogo pour les nouveaux administrateurs, de s’imprégner du fonctionnement du FPDCT.

Avec sa vocation d’être l’unique organisme de mobilisation de ressources pour le financement des programmes de développement des collectivités territoriales, le FPDCT doit entreprendre des mutations. Et pour bien installer le Fonds dans cette vision, les premiers responsables de la structure veulent la positionner comme un réel outil de décentralisation. Pour ce faire, le directeur général du FPDCT prône l’implication des populations dans l’exécution et le suivi des actions de développement.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé