Aujourd'hui,
URGENT
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 
Burkina: le 1er ministre, Christophe Dabiré, a signé le mercredi 29 juillet 2020, un décret portant réouverture des frontières aériennes. 
Covid-19: la République populaire de Chine offre 46 respirateurs au Burkina Faso. 
Ouagadougou: plus de 200 moutons mis en fourrière par la police municipale à la veille de la Tabaski.   
Covid-19: les pertes du tourisme mondial s'élèvent à 320 milliards de dolllars (Organisation mondiale du tourisme).  

ECONOMIE

Au cours d'une conférence de presse tenue ce mardi 28 mai 2019 à Ouagadougou, les cotonculteurs de l'Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ) ont annoncé qu’ils boycotteront la campagne agricole prochaine si le gouvernement ne se penche pas sur sa plateforme revendicative. Une plateforme qui prend en compte les préoccupations des producteurs des trois régions cotonnières du Burkina Faso.

Pour les producteurs de coton, la politisation de la filière coton impacte la bonne marche du secteur en crise depuis plus de deux ans. A entendre le vice-président de l'ODJ, Mohamed Traoré, par ailleurs, cotonculteur dans la ville de Houndé, les paysans dans leur plateforme revendicative de 34 points réclament la dissolution des unions des producteurs de cotons.

« Aujourd'hui, vous pouvez aller dans les campagnes demander au niveau des unions départementales de productions de cotons, l'union provinciale des producteurs de coton jusqu'au niveau national, vous trouverez que les premiers représentants sont les membres du parti au pouvoir. Partout où nous avons des unions, les représentants ont été imposés par les sociétés cotonnières. L'initiative devrait venir des paysans et non du gouvernement. Nous n'avons pas de mains libres pour désigner les représentants » a expliqué M. Traoré.

Ils disent attendre du gouvernement la création d'une banque spéciale pour les producteurs de coton en dépit de la Banque agricole annoncée. L'amélioration de la qualité des intrants et le relèvement du prix d'achat du kilogramme du coton à 500F CFA sont aussi attendus. Une revendication légitime selon le président de l'ODJ, Gabin Korbéogo. « Le prix d'un kilogramme de coton sur le marché international coûte au moins 1000 F CFA. Même lorsqu'une baisse survient, c'est autour de 900 F CFA, donc toujours autour de 1000 FCFA. Donc, demander 500 FCFA, ce n'est pas la mer à boire. Le gouvernement ou la Sofitex ne perd pas à payer le kilogramme du coton à 500 FCFA››, précise M. Korbéogo. Notons que le prix du coton a été fixé à 265 FCFA/kg pour la campagne 2019/2020.

Selon les producteurs membres de l'ODJ, la production cotonnière pour cette campagne agricole risque d'être boycottée si le gouvernement ne donne pas une suite à leur plateforme. «Nous sommes capables à aller à zéro coton au Burkina cette année c'est-à-dire un boycott général. Mais, tout dépendra de la réaction de nos autorités » a conclu le président de l'ODJ.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Un rapport de l’Assemblée nationale préconise le découplage des législatives et de la présidentielle et la tenue des législatives en 2021 à cause de la situation sécuritaire. Partagez-vous cet avis ?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé