Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

ECONOMIE

La Banque mondiale vient d’octroyer un crédit de 20 millions de dollars au Burkina Faso, afin de soutenir des réformes destinées à moderniser le secteur des transports et faciliter le commerce. Ces réformes ont été identifiées dans le cadre des opérations d’appui aux politiques de développement (OPD), et sont financées par le biais de deux séries de Crédit régional pour la facilitation du commerce et la compétitivité (CRFCC) couvrant la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. La dernière série venant d’être approuvée par la Banque mondiale en décembre 2016.


Ce nouveau prêt soutiendra le Projet de modernisation du secteur des transports et de facilitation du commerce (PAMOSET), un projet d'assistance technique, qui vise à améliorer l'efficience et la sécurité des services de transport sur la portion burkinabé du couloir de transport routier Ouagadougou-Abidjan. Ce Projet vient en complément du Projet d'appui à la modernisation du secteur des transports et de facilitation du commerce sur la section ivoirienne du Corridor Ouagadougou-Abidjan.

«Le développement du Burkina Faso dépend de son adhésion aux initiatives d’intégration régionale,  visant à promouvoir la compétitivité au sein d’un même espace communautaire, à surmonter les obstacles au commerce, à réduire les coûts du transport et de l'énergie. Une  baisse des coûts du transport influerait sur les prix des produits importés et des produits de base, y compris les produits alimentaires et améliorerait ainsi les conditions de vie des populations, notamment les plus pauvres » a souligné Cheick Kanté, représentant résident de la Banque mondiale au Burkina Faso.
 

Pour Fabio Galli, chef d'équipe du projet à la Banque mondiale, « ce projet est salutaire, car sous sommes persuadés qu’en combinant les actions prévues dans le cadre du Projet à ceux de son pendant ivoirien, il serait  possible d'améliorer l'efficacité et la sécurité de la section burkinabè du Corridor. De plus, le renforcement des capacités à moyen terme, rendu possible par le Projet, combiné à la réforme politique à court terme, assurée par les opérations du CRFCC, devrait faciliter la création d'un cadre institutionnel approprié et pousser les deux pays à veiller à ce que le Corridor fonctionne de la manière la plus efficace et la plus sûre possible »,  a conclu Aguiratou Savadogo-Tinto, co-responsable du projet à la Banque mondiale.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir