Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

ECONOMIE

La  Société nouvelle huilerie et savonnerie (SN Citec)  a échangé ce samedi 26 janvier 2019 avec un groupe de journalistes de la presse nationale et quelques organisations de consommateurs. Au cours d’un déjeuner de travail tenu à Ouagadougou, les responsables de la société ont, entre autres, abordé la situation actuelle du marché des huiles alimentaires et les difficultés d’écoulement de leurs produits.

La SN-Citec dans le domaine des huiles alimentaires, c’est 1/5 du marché national. Mais malgré sa faible présence, elle a du mal a écoulé ses huiles au plan national du fait de la présence sur  le marché de produits importés d’Asie et de Malaisie qui ne respecteraient pas les dispositions légales  en matière d’importation. 

Pour le Directeur commercial de la société, Ibrahim Traoré, les importateurs ne respecteraient pas les dispositions prescrites par l’arrêté conjoint n°2011-264/MICA/MEF/MS/MEED/MFPTSS du 09 décembre 2011, portant sur les conditions générales d’installation et de production des huiles alimentaires produites au Burkina Faso et surtout celui de l’arrêté n°2011-0265/MICA/MS/MEF, du 09 décembre 2011, portant sur la qualité des huiles alimentaires destinées à la consommation au Burkina.

« Nous subissons la concurrence déloyale  des  importations principalement qui nous arrivent avec ces huiles au revoir Malaisie et au revoir Asie. Ces huiles  inondent nos marchés à des prix défiant toute concurrence nonobstant les réglementations en vigueur  qui s’appliquent cependant aux huiles de productions locales (…) Nous demandons à l’autorité de rester ferme, d’appliquer l’intégralité des textes à tous quels que soit l’origine, l’importation ou la production locale » a expliqué M. Traoré.

Outre cela, la SN Citec estime que les autorités devraient prendre ces mesures pour protéger le consommateur car certaines huiles qui rentrent frauduleusement sur le territoire contiennent du cholestérol et proviendraient de la transformation du palm.  Vantant les mérites de l’huile Savor, que produit la SN Citec,  le directeur commercial indiquera que leur marque est produite entièrement au Burkina avec les graines de coton et est respectueux de toutes les dispositions réglementaires en matière de fabrication d’huile dans la sous-région.

A titre d’exemple, la marque Savor est sans cholestérol  et enrichie en vitamine A. C’est pour sa qualité que l’huile de la SN Citec a été la première huile burkinabè à être certifiée par l’Agence Burkinabè de Normalisation, de la Métrologie et de la Qualité (ABNORM) le 18 janvier dernier.

C’est pour renforcer le plaidoyer auprès des autorités et  accentuer la sensibilisation des consommateurs burkinabè que la SN Citec souhaite donc l’accompagnement des médias pour que les sociétés nationales ne disparaissent pas à cause de la mévente. « Nous vous demandons de jouer le rôle de relais en communiquant les informations qu’il faut. C’est pourquoi au cours de ce déjeuner de travail, nous avons tenu à vous remettre le recueil des textes réglementaires qui régissent notre secteur d’activité afin que vous puisiez des sujets d’intérêts que vous développerez dans vos articles.. » a conclu M. Traoré.

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé