Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

CULTURE

La restitution de la deuxième session du projet «Hors limites» est intervenue le samedi 21 septembre 2019 au Centre de développement chorégraphique la termitière. Ont pris part à cette 2e session du projet qui a débuté le 9 septembre, 40 réfugiés provenant des différents camps de réfugiés de Djibo et de Dori (Région du Sahel).

Hors limite se veut « un temps de respiration, d’ouverture, de découverte » pour ces jeunes qui vivent en vase clos dans les camps de réfugiés. Et c’est dans cette optique, que durant deux semaines, la cuvée de cette seconde session a appris l’art de la musique et de la danse. 

« Ils ont pendant deux semaines travaillé à renforcer leurs capacités en tant que danseurs et en tant que jeunes dynamiques pleins d’énergie. Ils ont pu vraiment nous montrer sur la scène combien ils étaient enthousiastes d’être dans ce projet et à participer à cette aventure humaine, une aventure de solidarité, de respiration. C’est ce qu’il faut retenir avec ce projet. (…) Ce soir, ils ont donné de l’émotion au public qui est venu les voir » a fait savoir Salia Sanou, directeur artistique du projet. Le spectacle d’une trentaine de minutes présenté au public était porteur d’un message : l’espoir.

Cette deuxième session intervient après la première qui s’est tenue du 20 juillet au 3 aout 2019. La restitution finale est prévue pour décembre 2019. Mais en attendant, 16 jeunes réfugiés de Hors limites participeront au festival « Rue dance » à Niamey au Niger. Notons que le projet se déroule au Burkina et au Niger sous la houlette du CDC et de l’association Nèma.

 « Hors limite » est exécuté sous la direction artistique de Salia Sanou et Maman Sani. Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, le Burkina Faso accueille plus de 23 000 réfugiés maliens qui vivent dans deux camps regroupés de la région du Sahel et à proximité. 

Cette soirée a été également l’occasion pour les jeunes danseurs de la 3e promotion du programme Yeelen Don de présenter au public la restitution de leur atelier de danse sous la houlette de Marius Sawadogo.

« Durant les deux semaines, nous avons travaillé sur l’espace scénique et l’espace dans le corps. On a  essayé de se poser la question sur l’espace que l’on utilise. On utilise à tout temps le terme diagonal mais on ne se pose pas souvent la question de savoir si la diagonale peut elle se trouver dans le corps ou seulement dans l’espace scénique. On a aussi étudié l’aspect de continuité du mouvement dans le corps qu’on appelle l’adage » a expliqué Marius Sawadogo, lui-même issu de la première promotion du programme Yeelen Don. Ledit spectacle d’une vingtaine de minutes a été accueilli chaleureusement par le public. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé