Aujourd'hui,
URGENT
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie
Burkina: l'ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend officiellement les rênes de la Caisse des dépôts et consignations
Soudan: le régime militaire annonce avoir déjoué une «tentative de coup d’État»
Paludisme: «La tendance de la mortalité est en baisse» au Burkina Faso (AIB)
Coopération: le Burkina Faso et le Niger signent un accord pour le développement de leur zone frontalière (AIB)

CULTURE

Tout comme dans les autres pays du monde, la fête de la musique a vécu à Ouagadougou. Le 21 juin dernier, l’artiste musicienne Mariam Koné du Mali a mis le feu à l’Institut français de la capitale du Burkina.


Mariam Koné est une auteur-compositeur interprète qui a étudié la musique à Bamako, au Mali. Les programmes d'échanges auxquels elle a participé lui ont permis de se produire dans de nombreux spectacles à travers le monde, avant de gagner en 2012 le concours «Les Talents de la cité» du Festival sur le Niger de Ségou, sous la houlette de Cheick Tidiane Seck. S'ensuit alors un premier album inspiré par les instruments traditionnels.

A l’occasion de la célébration de la fête de la musique, la rossignole de Kati a encore confirmé tout le bien qu’on dit d’elle en embarquant le public de l’Institut français de Ouagadougou avec elle, à travers sa voix envoutante. Durant 45 mn et avec ses musiciens, les mélomanes ont repris en cœur avec elle, une bonne partie de son répertoire. «Cette édition est un peu plus restreinte à cause de la situation sécuritaire mais j’avoue que c’est toujours un plaisir de venir jouer au Burkina», a confié celle-là même qui était sur ce même plateau de l’Institut français en 2014.

Du blues, la soul musique, la folk musique, sont autant de couleurs musicales qu’on retrouve dans le style de Mariam Koné. «République amazone» est le dernier album de l’artiste dans laquelle, elle dit retrouver la sensibilité de toutes les femmes africaines. Elle prévoit déjà beaucoup de concerts avec son prochain album qu’elle prépare pour 2020.

La scène de l’Institut français était bien riche ce 21 juin avec une bonne brochette d’artistes. Notamment AMEM, Wanrez, la Chorale laique, Djoufo Traoré, Burkin’by, Yaojah, H Pacino/ La cartouche/ Ivan Trays, Nira Blessing, Joël Vignon, Derka sang, Smile Keeper, Jazzmind, Largués sous Latérite.  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé