Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: décédé le 8 juillet 2020, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly inhumé le  17 juillet à Korhogo. 
Mali: le Premier ministre a déclaré vouloir former "très rapidement" un gouvernement d'ouverture.
Mali: plusieurs figures de l'opposition arrêtées samedi après des troubles quasi insurrectionnels qui ont fait quatre morts. 
Présidentielle: Roch Marc Christian Kaboré officiellement investi par le MPP pour briguer un nouveau mandat en novembre 2020.
Transports: la liaison ferroviaire entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso a repris mercredi 8 juillet 2020 sur l'ensemble de la ligne. 
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 

CULTURE

La région du Sud-ouest est connue pour sa diversité culturelle. Dans le but de valoriser ces richesses, le Centre culturel force divine (Cecufodi) a initié le Festival des arts du Sud-ouest (FASO) dont la deuxième édition est prévue pour se tenir du 30 avril au 4 mai prochain dans la dite région. Le comité d’organisation était face à la presse le jeudi 14 mars 2019 à Ouagadougou pour annoncer le déroulement des activités.

Prévu pour se tenir sous le thème «Art et développement: enjeux pour une meilleure valorisation des productions artistiques pour le développement économique et social du Burkina Faso et l’amélioration des revenus des artistes de la région du Sud-ouest», le Festival des arts du Sud-ouest se veut être un élément moteur de promotion de la richesse et de la diversité culturelle du Burkina Faso en général et de la région du Sud-ouest en particulier. Selon le coordinateur du festival, Romuald Pascal Poda, par ailleurs président du Cecufodi, le FASO ambitionne ainsi contribuer à la promotion du secteur culturel.

Ce festival met au programme, forum, foire, excursion touristique, formations, une journée porte ouverte, prestations artistiques, tir à l’arc, conférence public. A travers une programmation artistique originale, le festival accueille des artistes d’horizons divers, de la région du Sud-ouest jusqu’au niveau national en passant par le carnaval et par les jeunes talents locaux, inventifs et passionnés.

Après la ville de Gaoua, le FASO se déplacera successivement, suivant un chronogramme attribué à certaines villes du Sud-Ouest jusqu’au 27 octobre de l’année en cours, a précisé le coordonnateur. A écouter les conférenciers, un mini FASO est programmé à Ouagadougou du 21 au 25 mai, à Banfora du 26 au 27 octobre prochain. Aussi, des concerts sont au programme dans les localités de Batié (29 juin 2019), Diébougou (27 juillet 2019), Dissin (14 aout 2019), Dano (15 aout 2019) et Kampti (29 septembre 2019).

S’agissant du choix des autres régions qui abriteront les mini-FASO, l’abbé Ferdinand Hien, membre du comité d’organisation et artiste-musicien de la région a fait savoir que, «il y a une forte concentration du Sud-Ouest à Ouagadougou et nous envisageons donner un rayonnement national à l’événement». «Le choix de Banfora se justifie par le fait que c’est une localité à plaisanterie de notre région» s’exclame-t-il.

L’objectifs visé par les initiateurs à travers le « FASO », est d’identifier d’une part, les actions prioritaires pour une meilleure production et commercialisation de la musique, et d’autre part identifier entre autres, les contraintes liées à la promotion et la commercialisation de la musique afin de proposer et valider des actions pour une résolution efficace des contraintes qui aliènent l’émergence de la musique du Sud-Ouest, a affirmé le président de l’association des artistes de la région du Sud-Ouest, Mamadou Traoré. 

Par ailleurs, le coordinateur du Festival justifie l’objectif global du FASO, comme étant un canal permettant de contribuer à promouvoir les arts et la culture afin de participer efficacement à l’atteinte de la valorisation du patrimoine culturel du Burkina Faso en général et du Sud-Ouest en particulier. «Nous mènerons également des réflexions sur la commercialisation des produits artistiques, et les stratégies idoines pour un meilleur accompagnement des artistes», a-t-il renchéri.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir