Aujourd'hui,
URGENT
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 
Burkina: le 1er ministre, Christophe Dabiré, a signé le mercredi 29 juillet 2020, un décret portant réouverture des frontières aériennes. 
Covid-19: la République populaire de Chine offre 46 respirateurs au Burkina Faso. 
Ouagadougou: plus de 200 moutons mis en fourrière par la police municipale à la veille de la Tabaski.   
Covid-19: les pertes du tourisme mondial s'élèvent à 320 milliards de dolllars (Organisation mondiale du tourisme).  

CULTURE

La compilation de musique burkinabè dénommée «Sons et images du Burkina», se veut un support par excellence de promotion de la musique burkinabè à l’extérieur. Après les volumes 1 et 2, Mamadou Maré revient avec le volume 3. L’œuvre a été présenté à la presse le 26 mars 2018 à l’occasion de la Semaine nationale de la culture à Bobo-Dioulasso.


Le moment choisi pour présenter cette compilation n’est pas fortuit selon Mamadou Maré, promoteur de l’œuvre. En effet, le monde entier est actuellement «branché» sur le Burkina pour découvrir le riche patrimoine que regorge ce pays à travers la SNC. «Comment faire connaitre les talentueux artistes du Burkina hors de ses frontières», c’est la préoccupation du promoteur de «Sons et images du Burkina». Depuis 2008, l’homme s’est engagé à faire découvrir les artistes burkinabè en Europe.

Après le volume 1 en 2008 et le second en 2011, le volume 3 de «Sons et images du Burkina», sorti en fin 2017 en France, est enfin sur l’ensemble du marché discographique. L’album comprend 10 titres déclinés sur deux supports. Un CD (audio) et un DVD vidéo).

L’opus rassemble les artistes musiciens burkinabè, les plus en vue en ce moment. Notamment Malika la slameuse, Nouss Nabil, Prince Zoetaba, Jesy Kankelen, Madess, Wedra, Alassane Zorgho, Dicko Fils, Miss Maya et Pamika. «J’ai voulu un album en sons et images parce qu’en France, les artistes musiciens burkinabè ne sont pas très connus. Donc, un album en sons et images offre une double occasion de les valoriser. Ils seront ainsi écoutés et regardés», souligne M. Maré.

Faisant parti de la compilation, Nouss Nabil estime que c’est une belle opportunité que Mamadou Maré offre ainsi aux artistes burkinabè. Ne dit-on pas que «l'identité est le pilier de la fierté royale». Et cette identité culturelle du pays des Hommes intègres, Mamadou Maré n’entend pas la perdre. Mieux, il compte l’exporter hors des frontières du Faso à travers cette œuvre malgré ses «maigres» moyens. «Je fais ce travail par passion et par patriotisme. Je m’y investis tous les jours, avec mes propres moyens, convaincu que nos efforts finiront par payer», espère M. Maré. En attendant d’éventuels partenaires et mécènes, Mamadou Maré ne désespère pas de voir un artiste burkinabè faire le plein de la mythique salle de Bercy ou de l’Olympia.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Un rapport de l’Assemblée nationale préconise le découplage des législatives et de la présidentielle et la tenue des législatives en 2021 à cause de la situation sécuritaire. Partagez-vous cet avis ?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé