Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

En Guinée, le musicien Mory Kanté est décédé ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans à Conakry.  

La communauté des Maaya entrepreneurs du Burkina Faso grâce à une convention de partenariat avec l’Institut Kôrè des arts et métiers (IKAM/Mali), ont créé l’IKAM/Burkina pour contribuer à la professionnalisation du secteur culturel au pays des Hommes intègres.

L'insuffisance rénale est selon certains spécialistes, une maladie qui tue plus que le Sida de nos jours. Mais au Burkina Faso, il n'existe que deux centres de dialyse (Ouagadougou et Bobo-Dioulasso). La "Semaine Auraf transplant/Burkina" appelé aussi "Semaine de solidarité" est donc un prétexte pour l'Association pour l'utilisation du rein artificiel en Afrique et la promotion de la transplantation rénale (Auraf transplant) dont le siège est en France pour sonner la mobilisation afin d'ouvrir le premier centre associatif de dialyse au Burkina.

"Les trésors sacrés", c'est le tout premier livre du jeune burkinabè Théophane Kaboré qui a été dédicacé le lundi 9 mars 2020 à Ouagadougou.

Coordonnée par Mariam Aïda Niatta dite Maatikara, l'association "Femmes en mouvement" se veut la porte-voix des femmes africaines et du Burkina Faso en particulier. "Femmes de valeur", c'est la dernière trouvaille de ladite association qui à travers ce single, entend redonner la place qui sied à la femme dans toute sa composante. L'œuvre a été présentée à la presse ce dimanche 1er mars 2020 à Ouagadougou.

L'Institut français de Ouagagoudou a servi de cadre le 15 février 2020 pour le lancement des activités de la deuxième édition du Festival des arts équestres. A l'occasion, le public a eu droit à une démonstration, de l'acrobatie au dialogue corporel avec les chevaux. Durant 30 minutes Madi Dermé à fait voyager le public dans son univers.



C'est devant un public amoureux des chevaux que s'est ouvert officiellement la deuxième édition du Festival arts équestres. Pas de thème pour aborder cette édition et selon le promoteur Madi Dermé, issu d’une famille qui perpétue l’art équestre depuis plusieurs générations, "il ne faut pas laisser la pratique disparaître car le Burkina Faso lui-même porte comme emblème le cheval."

La promotion et la revalorisation de la tradition équestre constituent alors son cheval de bataille. «Je suis né au milieu des chevaux. Il faut absolument garder cette tradition, la développer et surtout la transmettre aux jeunes générations», insiste M. Dermé : «Nous sommes parfois décrits comme les cow-boys d'Afrique de l'Ouest. Donc c'est à nous de prouver que le cheval fait partie de notre quotidien." S'inspirant d'un proverbe Peulh qui dit que «Le cheval est à la fois ton épouse, ton véhicule, ton collègue et ton meilleur ami», Madi Dermé estime que pour mieux communiquer avec le cheval, il faut d’abord être patient et se procurer tout le temps nécessaire avec lui.

La 2e édition du Festival international des arts équestres (FIDAE) s'est déporté après l'étape de l'Institut français, à l’hippodrome de Ouagadougou les 22 et 23 février pour une parade en plein air dans l'univers des chevaux.

Parcours Form'action est une initiative qui vise à accompagner des praticiens des arts du spectacle venant de plusieurs régions du Burkina Faso en leur faisant bénéficier des expériences acquises dans les différentes pratiques artistiques par les compagnies membres de la Fédération du Cartel. Il s'agit des marionnettes, jeu d'acteur, mise en scène, histoire du théâtre, administration culturelle, scénographie, etc. La restitution de cette formation de deux mois a été faite le 28 février 2020 au Théâtre soleil de Ouagadougou.

Depuis 2001, la cérémonie des Kundé honore chaque année à Ouagadougou les artistes musiciens burkinabè et afro-caribéens les plus méritants. Dix-neuf ans d’existence sans discontinuer constitue déjà une belle performance pour un tel événement sur le continent africain. Un événement qui se tient chaque année, le dernier vendredi du mois d’avril, et qui jouit d’une incontestable notoriété internationale. Cette manifestation des Kundé est en effet la vitrine par excellence de la promotion internationale du travail des artistes musiciens burkinabè. En attendant la 20e édition, prévue le 24 avril 2020, le commissaire général des Kundé, Salfo Soré dit Jah Press s’inquiète de la disparition de cet évènement si l’État burkinabè reste passif.

 

L'Institut français de Ouagadougou a été le cadre d'accueil d'un public venu découvrir les tableaux du peintre burkinabè, Liby Lougue le vendredi 7 février 2020 pour son vernissage.

9 février 2001-9 février 2020, cela fait 20 ans que les Kunde, trophées de la musique au Burkina Faso, honorent chaque année à Ouagadougou, les artistes et les professionnels des métiers de la musique burkinabè et africaine au cours d'un dîner gala. Cette 20ème édition aura lieu le vendredi 29 mai prochain à Ouagadougou. L'information a été donnée devant la presse dans la soirée du dimanche 9 février 2020 au Ciné Neerwaya à Ouagadougou, là où l'aventure a débuté.

A l'état civil comme dans le milieu artistique, on l'appelle Sada Ba. Pour avoir vu le jour et grandit dans la capitale économique du Burkina Faso, l'artiste dit n'avoir d'yeux que pour cette ville cosmopolite qui pour lui, a besoin de visibilité afin de se refaire une identité au plan internationale. D'où "Bobo Dioulasso", le nom de son dernier album qui a été présenté à la presse ce mercredi 29 janvier 2020 à l'Institut français de Ouagadougou.

L’Association des danseurs et chorégraphes du Burkina Faso et de la Diaspora (Mbomen) a été présentée officiellement le samedi 11 janvier 2020 au public burkinabè. C’était au Centre de développement chorégraphique (CDC), la termitière.